Expositions indemnes

Une vue de l’exposition du “Trait” à Saint-Aubin (Cl. Christine Moissinac)

Hommages aux municipalité qui consacrent temps, énergie et finances à accueillir et encourager des manifestations artistiques. Cependant pour qu’un événement ait lieu, il faut qu’en face existe un opérateur, le plus souvent une association qui va apporter le contenu, le cœur du projet. Deux acteurs indispensables qui se complètent, s’entraident, se soutiennent. Pari gagné mais paris risqués ! En voici deux exemples.

“Iles” exposition de “Le Trait”
6 juin au 7 juillet 2020
La Halle
72bis rue Pasteur
14750 Saint-Aubin sur mer

D’un côté, la ville de Saint-Aubin sur mer, une toute petite commune, deux mille huit cent trente sept habitants au dernier recensement, qui dispose d’une salle d’exposition de grande qualité.… Pour lire la suite “Expositions indemnes”

Baren à billes original

Le baren à billes (Cl. Slama Press)

Dans un écho précédent, intitulée L’Art de la gravure aux Tanneries, j’avais évoqué rapidement cette artiste, Tereza Lochmann, qui avait participé aux “Journées du patrimoine” au Centre d’art contemporain des Tanneries, à Amilly, dans le Loiret. C’est une jeune artiste, née en 1990 à Prague, en République tchèque, qui vit à Paris, formée dans de grandes institutions artistiques, et qui a déjà une stature de premier plan dans son art. Elle est une artiste plasticienne qui surfe sur les vagues de l’art contemporain, pour naviguer au plus profond d’elle-même, tout en exprimant un univers où son intériorité créative nomadise en lisière de la normalité culturelle, avec une authenticité qui ne cherche pas à plaire, et qui se plait, plutôt, à heurter les sensibilités, pour donner force à ses messages.… Pour lire la suite “Baren à billes original”

Lithographes et taille-douciers

« Impressions d’ateliers »
Lithographes et taille-douciers parisiens
par France Dumas
éditions « Riveneuve »

La première de couverture du livre (Cl. éditions Riveneuve)

Bien rares devenus sont les ateliers artisanaux dans Paris intra-muros. L’enchérissement des loyers commerciaux dans la capitale en est la cause mais pas seulement. La parution de l’ouvrage de France Dumas est donc la bienvenue. En effet, alors qu’au mitan du siècle dernier, Paris comptait plusieurs ateliers lithographes et taille-douciers par arrondissement, ils sont aujourd’hui moins de trois poignées dans la capitale. Pourtant, dans la chaîne de création d’une estampe ces ateliers sont un maillon important surtout si l’artiste créateur de celle-ci ou son éditeur (qui ne sont pas légions, hélas…) a besoin d’un tirage important ou, s’agissant de lithographie, s’ils permettent à l’artiste de s’affranchir d’un matériel lourd et volumineux dont ces ateliers disposent.… Pour lire la suite “Lithographes et taille-douciers”