Château-musée de Nemours

« Bords du Loing et forêt de Fontainebleau, un rendez-vous d’artistes (1850-1914) »
Château-musée de Nemours (77140)
19 mai 2018 – 10 mars 2019
www.nemours.fr/culture-et-sport/le-chateau-musee

Un château devenu musée…

Datant du XIIe siècle, le château médiéval de Nemours fut édifié sur une berge de la rivière du Loing, pour en contrôler un gué alors important. Cédant plus tard son rôle de place forte et de résidence seigneuriale à un siège de bailliage avec prison (1674-1796), le lieu eut divers usages. Mais il se dégradera jusqu’à être menacé de démolition. Acquis par la Commune au début du XIXe siècle, la bâtisse trouva finalement sa survie et une raison d’être dans un projet de musée, lancé et mené à bien par des personnalités locales, tels le sculpteur Justin-Chrysostome Sanson (1833-1910), le peintre paysagiste Ernest Marché (1864-1932) et le maître-imprimeur taille-douce Adolphe Ardail (1835-1911), qui en fut le premier conservateur.

Un personnage charismatique, « tireur » de cuivre dans la maison Salmon-Porcabeuf (rue Saint-Jacques à Paris), apprécié pour son goût de la belle épreuve et son habilité d’imprimeur : il excellait notamment dans l’art du retroussage, peu pratiqué alors, et apte à donner une certaine suavité au trait. Son aura fut grande : « Être imprimé par Ardail, ou ne pas l’être du tout », disaient les artistes de cette époque, ainsi que le rapporta le collectionneur et écrivain d’art Henri Béraldi (1849-1931) dans Les graveurs du XIXe siècle, guide de l’amateur d’estampes modernes (1892). Une grande exposition lui fut d’ailleurs consacrée en 2011 et 2012, sous le titre : « Ardail, Père & Fils, graveurs et collectionneurs au XIXe siècle ».

…où l’estampe a sa part

Le Château-musée possède une grande collection de pièces diverses, dont un important fond d’estampes (3 000 pièces, allant du XVe au XXe siècle), fruit en partie de dons d’Adolphe Ardail, de son fils, et de Loÿs Delteil, célèbre critique d’art et expert parisien, et d’enrichissements ultérieurs. Aujourd’hui, sous la direction d’Arnaud Valdenaire, et de Julie Jousset, chargée des collections, le château-musée présente une exposition qui met en valeur les paysages de la région, et intitulée : « Bords du Loing et forêt de Fontainebleau, un rendez-vous d’artistes (1850-1914) ». Huiles sur toile, bois ou carton, gouaches et aquarelles sur papier, forment une grande part de l’exposition, mais les amateurs d’estampes ne sont pas oubliés, et seront ravis de découvrir un certain nombre d’œuvres gravées et lithographiées, pour la majorité originales.

Arthur Heseltine – « Château de Nemours »
(Cl. Gérard Robin)

Il restera à franchir les 22 marches d’un perron monumental, pour accéder au seuil de la petite porte d’entrée et pénétrer dans le lieu, certes un peu austère en regard de son origine médiévale, mais habillé de cimaises, bien documentées, rendant conviviale et instructive la visite, qui nous plonge au cœur de la forêt bellifontaine. Un petit escalier à vis, dans l’une des tours, donne accès à l’étage supérieur où l’exposition se poursuit avec une découverte des bords du Loing.

Fernande Sadler – « Vieux pont de Châlette-sur-Loing »
(Cl. Gérard Robin)

L’essentiel pour nous est bien sûr la présence d’estampes, au travers d’œuvres d’artistes du passé, paysagistes et, pour l’un, animalier, qui se rattachent à l’école de Barbizon, et qui permet d’apprécier la grande maîtrise de leurs « manières » et leur talent. On y découvre les signatures, pour l’eau-forte de : Eugène Béjot (1867-1931), Eugène Bléry (1805-1887), le Suisse Karl Bodmer (1809-1893), la Suédoise Emma Löwstädt Chadwick (1855-1931), Francine Christophe (active seconde moitié du XIXe siècle), Eugène Couvignac (actif seconde moitié du XIXe siècle), Léopold Desbrosses (1821-1908), Paul Dujardin (1843-1913), Paul Girardet (1821-1893), l’Anglais Arthur Joe Heseltine (1855-1930), Charles Jacque (1813-1894), Tristan Lacroix (1849-1914), Auguste Lepère (1849-1918), Joseph Lesage (1884-1918), Fernande Sadler (1869-1949), Georg Schlumberger (1807–1862) et Jules Jacques Veyrassat (1828-1893) ; et, pour la lithographie, les signatures de : Eugène Cicéri (1813-1890), Charles Fichot (1817-1904), Henri Le Sidaner (1862-1939) et Hector Martin (1825-1846).

Karl Bodmer – « Forêt de Fontainebleau »
(Cl. Gérard Robin)

Un lieu de caractère, et une exposition à découvrir qui met en valeur de remarquables sites paysagers de cette région pittoresque du sud Seine & Marne, et présente… de la belle estampe !

Gérard Robin