Jacques Houplain

Hommage à un des grands maîtres de la gravure

“Le verger abandonné” Jacques Houplain
(Cl. Perol-Schneider)

Né le 10 septembre 1920 à Luneray au pays de Caux, il nous a quittés le 22 février 2020 à Cassaignes dans les Corbières. Mon mari et moi avions toujours un grand plaisir à rendre visite à Jacques et à Annette Houplain, l’hiver à Montmartre dans leur petit appartement-musée parisien, l’été dans les Corbières à Cassaignes. Ils nous ont quittés tous les deux, d’abord Annette, maintenant Jacques l’a rejointe. J.-Ch. Gaudy, poète et ami décrit si bien l’extraordinaire personnage qu’était Jacques Houplain : « Un sage mi-chinois, mi-vigneron avec une voix-rocaille venue comme depuis l’origine du souffle et un caractère trempé, mais tout d’affabilité.Pour lire la suite “Jacques Houplain”

Yvon Le Corre

Expositions
de septembre-octobre 2020
Chapelle des Paulines
rue Paul Raoul

22220 Tréguier
Chapelle des Ursulines
place des Patriotes
Lannion

Tél. : 02 96 37 99 10

Un cuivre gravé d’Yvon Le Corre (Cl. Brigitte Perol-Schneider)

Notre ami le peintre, marin, aventurier, écrivain, graveur, imprimeur Yvon Le Corre est décédé, mardi après-midi, le 25 août 2020, à Tréguier dans les côtes d’Armor à l’âge de 81 ans. Avant de nous quitter, il a réussi à mettre encore une fois deux expositions sur pied et à terminer son livre «60 ans de peinture», en 20 exemplaires, typographie à l’ancienne avec des lettres mobiles, une merveille dans une impression parfaite.… Pour lire la suite “Yvon Le Corre”

Éloge de l’estampe

Il y a des siècles et des siècles, les hommes perçurent qu’ils possédaient dans la tête une machine à fabriquer des images. De terrifiantes dans les cauchemars qui les éveillaient brutalement au creux des nuits ou d’apaisantes dans les songes qui les lovaient les uns contre les autres aux heures matinales. Dès lors, ils n’eurent de cesse d’en conserver la trace dans le bois, la pierre ou les pigments. Méfiante envers les pouvoirs de ces nouvelles mémoires, l’autorité s’arrogea la police des images et le tabou de leur représentation.

Après bien des lustres et des lustres, grâce à une feuille souple et légère de feutre végétal – le papier – ils copièrent de nombreuses fois ces traces gravées en relief d’une taloche de la paume.… Pour lire la suite “Éloge de l’estampe”