Estampe et stampassin

Un lecteur a reproché à la rédaction de “Vu et lu… pour vous” d’avoir publié, le 19 novembre 2019, un écho titré “Nouveau vocable”. sous la catégorie “Entendu… pour vous” et qui rapportait la proposition du vocable stampassin, émise par Maxime Préaud.  Comme l’indique l’avertissement au lecteur, publié en bas de page, : “Ce blog “Vu et lu… pour vous”, édité par Manifestampe – Fédération nationale de l’estampe, n’est pas responsable des textes, illustrations, dessins ou photocopies qui engagent la seule responsabilité de leurs auteurs.” Cependant, s’agissant ici d’une bien innocente innovation de vocabulaire, la rédaction apporte à ses fidèles lecteurs quelques précisions ci-après.

Deux spadassins illustres gravés par un célèbre stampassin :
Jacques Callot (Cl. Gallica 2012)

La langue française emprunte souvent aux idiomes voisins ou exotiques des mots nouveaux pour enrichir son vocabulaire. On pourra lire avec profit, à ce sujet, l’excellent ouvrage “Les mots voyageurs” de Marie Treps paru aux éditions du Seuil en 2003.

Comme le consigne le “Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française” de Paul Robert, édité en 1969, tome 2, page 647, dans son sens II, estampe signifie : “(repris de l’italien stampa au XVI° siècle) : image imprimée au moyen d’une planche de bois ou de cuivre (eau-forte, taille-douce…) ou par lithographie.”

On peut ajouter à cette définition, datant d’un demi-siècle, bien d’autres procédés : sérigraphie, linogravure, pochoir, héliogravure, cartongraphie, collagraphie, carborundum, offset, kitchen-litho, procédés numériques, procédés combinés des précédents, etc. Bref, tous ceux que l’imagination humaine est capable d’inventer. On remarquera qu’à la fin du XIX° siècle, à l’encontre des procédés industriels photo-mécaniques, est né le concept : “estampe originale”, c’est à dire une estampe dont la matrice est fabriquée à la main par des procédés traditionnels (jusqu’à la lithographie) sur un sujet imaginé par le graveur, le plus souvent artiste-peintre, par ailleurs. Aujourd’hui, estampe désigne une image imprimée quel que soit le procédé employé pour l’obtenir à l’exception de la photographie qui se revendique comme telle.

Par abus de langage, a été conservé, pour désigner celui ou celle qui crée et fabrique une estampe, le mot graveur alors que bien des estampes d’aujourd’hui ne sont pas gravées à proprement parler. Les Anglo-Saxons, plus pragmatiques que les francophones, utilisent : “printmaker”, littéralement : “faiseur d’imprimés”.

Comme la “spada” italienne (épée) a permis en français le mot spadassin, il a donc été lancé par Maxime Préaud, avec la même généalogie italienne issue de “stampa” (estampe), le vocable : stampassin (faiseur d’estampes) et tous ses dérivés grammaticaux.

Il s’agit là seulement d’un mot de plus dans le vocabulaire de l’estampe. Il fera son chemin ou pas et, sanctionné par l’usage, il pourra alors désigner tous ceux qui créent et fabriquent des estampes.

La rédaction

André Jacquemin

Hommage à André Jacquemin
exposition de gravures
Galerie l’Entr@cte
3-5 rue de Versailles
92410 Ville d’Avray
du jeudi au dimanche de 15h à 19h
du 5 au 31 décembre 2019

La petite localité de Ville d’Avray a noué, de longue date, quelques liens avec l’estampe. Jean-Baptiste Camille Corot, peintre et graveur, a naguère résidé dans cette commune où existe encore, à l’extrémité du mail Alphonse Lemerre, sa maison. Voisin de l’étang-neuf, il peignit et grava maintes fois le paysage de ces deux étangs dénommés aujourd’hui les « étangs de Corot », désignation qu’a reprise l’ancienne hôtellerie « Cabassud » motif, elle aussi, de plusieurs de ses tableaux. Grâce au sénateur-maire Denis Badré, du maire Aline de Marcillac et de son adjointe à la culture Élisabeth Frank de Préaumont, ces liens se poursuivent aujourd’hui. En effet, la municipalité a restauré et transformé en espace culturel un ancien hôtel particulier du XIX° siècle situé à côté de l’église de Ville d’Avray. Dans l’étage noble de cette maison, la galerie l’Entr@cte accueille, depuis son ouverture en juin 2015, de nombreuses expositions d’estampes s’inscrivant pour certaines dans le cadre de la Fête de l’estampe. En ce mois de décembre 2019, la galerie propose un hommage au Lorrain André Jacquemin (1904-1992), membre de l’Académie des Beaux-arts (1981-1992) et membre fondateur de « La jeune gravure contemporaine ».

André Jacquemin sur sa presse, à Épinal en 1932

Il n’a pas été simple à la dynamique animatrice de la galerie, Nathalie Soulier, et à Marie Jacquemin, la belle-fille de l’académicien, qui continue de diffuser l’œuvre gravé de son beau-père, de choisir, dans ce vaste fond de près de deux mille pièces, les estampes les plus significatives du graveur. Des paysages et des portraits constituent la majeure part de celles accrochées ici. Il faut prendre le temps d’aller d’un pas tranquille au travers des quatre salles pour admirer à loisir les estampes de ce maître du paysage. Tous les siens, et particulièrement ceux de l’entre-deux guerres, magnifient le lent travail du paysan qui les a façonnés, avec ces champs, prés, labours, haies, clôtures, piquets, tous parcourus par ces chemins vicinaux bordés d’arbres qui mènent à un village et son clocher lovés dans le repli d’une colline derrière les ondulations d’un champ d’orge.

« Octobre en Lorraine » (1939)

Dans chacune de ces gravures, la profondeur de champ ne délaisse aucun détail des proches ou des lointains. Sous des cieux toujours présents en toutes les saisons, avec leurs nuages, l’orage – sous lequel, à la lisière d’une haie, un couple de chevaux termine son sillon – leurs ombres portées ou même leur bleu uniforme, rendu ici par une large plage blanche. Les pleins et les déliés du trait gravé plante l’arbre et son branchage ou bien la colline qui ondule dans le lointain et que soulignent à peine de fines incisions.

« Septembre en Beaujolais » (1986)

Au cours des rigueurs de l’occupation, le trait se transforme, s’épure de tous ces détails, il se noircit quelque peu, abandonne les nuances. Cette manière de faire perdure après-guerre, comme dans « Septembre en Beaujolais » (1986) où ne subsistent que les lignes essentielles du paysage. Elle se poursuit aussi dans de très expressifs portraits où l’incision forte et noire s’impose sur le blanc du papier, identique, dans une lumineuse clarté, à celle dont il use dans « Inondation dans la Marne » (1981). Une exposition qui montre encore, s’il en était besoin, que la force d’une estampe gravée procède autant du délié de son trait que de son subtil équilibre avec les plages de la plaque laissées vierges. Aptitude dont André Jacquemin utilisait avec maestria.

Claude Bureau

Sous la Coupole

Séance solennelle
Institut de France
Académie des Beaux-arts
23 quai de Conti
75006 Paris
27 novembre 2019

Roulements des tambours de la Garde républicaine : les académiciens prennent place sous la Coupole, l’assistance nombreuse s’étant levée. Au pupitre, les trois grandes personnalités de l’Académie des Beaux-arts : le président, Pierre Carron ; le vice-président, Jean Anguera et le secrétaire perpétuel, Laurent Petitgirard. La séance solennelle, ouverte par le président, commence par “Souvenons-nous”, hommage aux membres disparus, les mois passés, de l’Académie, une évocation ponctuée en final d’une minute de silence, dans le respect d’un auditoire debout. Bel intermède musical, ensuite, avec la maîtrise de l’Opéra de Lyon, lauréate avec ses jeunes chanteurs du prix Liliane Bettancourt pour le chant choral et dirigée par Karine Locatelli, qui précède l’énumération des missions de l’Académie des Beaux-arts – l’une des cinq académies qui composent l’Institut de France – par le secrétaire perpétuel : « L’une des missions de l’Académie des Beaux-arts est de distinguer l’apparition de nouveaux talents dans toutes les disciplines artistiques au moyen de prix qu’elle accorde grâce à la générosité de donateurs qui lui font confiance. Il nous appartient également de saluer le parcours de créateurs de toutes nationalités ayant déjà réalisé une œuvre marquante. Cette cérémonie de remise de prix, que nous voulons vivante au travers des œuvres musicales interprétées est l’occasion de rencontres entre ces diverses générations d’artistes, ce qui est également cas dans notre Académie où 55 années séparent notre benjamin de notre doyen. Aux côtés de nos autres missions, de la gestion de notre patrimoine, de résidences d’artistes, de conseil de l’État en matière culturelle ou encore de soutien à des artistes en difficulté, l’attribution des prix est un moment joyeux qui témoigne de l’espoir que nous plaçons dans tous ces nouveaux talents et de la reconnaissance que nous avons envers les grands créateurs de notre temps. »

La Maîtrise de l’Opéra de Lyon (Cl. Maïté Robin)

En témoignage, l’annonce du palmarès des prix et concours fort d’une quarantaine de récompenses. Les nominés sont alors appelés et accueillis par le vice-président pour la remise des diplômes. Nous nous bornerons bien sûr à la gravure. Avec le Prix Pierre Cardin attribué à Arnaud Rochard, un artiste breton qui vit à Bruxelles et dont la force évocatrice des œuvres gravées est née d’un imaginaire qui trouve son inspiration dans un univers fantasmagorique empreint de violence, – interprétation d’une humanité qui se révèle, depuis la nuit des temps, cruelle et sombre – Il concrétise son inspiration profonde dans le travail incisif des tailles de la matière : bois ou métal (eau-forte et aquatinte). Un graveur qui interpelle. Le prix Mario Avati à Jenny Robinson, une artiste anglaise installée à San Francisco, dont le regard scrute sans concession l’environnement urbain, de l’architecture aux infrastructures, au travers de leur caractère fragile ou éphémère. Son support matriciel, de grand format, est principalement celui du carton ou de l’aluminium gravé à la pointe sèche, qu’elle encre avec des produits non toxiques et imprime sur Japon Gampi ou Shiramine. Une graveuse qui aussi interroge.

Signalons la mention décernée à María Chillón, dans le cadre du Prix de dessin Pierre David-Weill. On la sait graveuse de cœur, à l’aise dans la taille du métal au burin, qui sous son doigté est libre et sensible. Une discipline qu’elle transpose graphiquement à la mine de plomb et pour lequel elle est ici distinguée.
Coupant le palmarès, un bel interlude fut interprété par l’Orchestre de Picardie, – Orchestre national en Région Hauts de France -, dont le directeur musical est Arie Van Beek, mais sous la direction de Laurent Petitgirard.

La remise du prix Jean Lurçat (Cl. Maîté Robin)

Suivra la deuxième partie de la remise des récompenses, avec le prix Jean Lurçat, dédié à un ouvrage de bibliophilie. Il sera remis à Sylvie Abélanet, artiste peintre-graveuse, fondatrice de l’Atelier municipal d’arts plastiques Pierre Soulages à Charenton-le-Pont. Cette récompense lui est accordée pour le livre d’artiste “Le Cantique des Oiseaux”, illustré de sept eaux-fortes à l’aquatinte, sur une poésie du Persan Farīd od-Dīn Attār [≈1142 – 1190-1229], quête mystique dont sept poèmes ont été choisis, traduits et versifiés par Leili Anvar. Au travers d’une interprétation graphique toute personnelle de l’artiste, un bien bel ouvrage, dont elle dira (citée par Marie Akar dans Art et Métiers du Livre n° 335) que le texte, qui l’a inspiré et porté, « représente la recherche du moi profond, l’élévation de l’âme ». Elle n’a pas démérité. Un Prix d’encouragement sera décerné en final à Emmanuelle Aussedat, créatrice de l’atelier de lithographie “La Bête à Cornes”, à Paris, et auteure de nombreuses lithographies (et peintures). Des représentations où lignes et aplats de noir ou de teinte s’établissent avec harmonie dans l’espace pour générer des abstractions picturales souvent lyriques.
On le voit, l’estampe était bien représentée lors de cette séance solennelle 2019 de l’Académie des beaux-arts.

“La vallée de la plénitude” (Cl. René Brassart)

Une soirée d’extrême qualité, clôturée musicalement par l’Orchestre de Picardie, sous la conduite de Laurent Petitgirard, puis par la présentation par le secrétaire perpétuel des péripéties de l’édification du Centre national des arts du spectacle de Pékin, par l’académicien Paul Andreu [1938 – 2018].
La sortie de la Coupole entre la double haie des gardes républicains, sabres au clair, est toujours impressionnante. Un cocktail permettait la rencontre de personnalités de la gravure comme Érik Desmazières et Claude-Jean Darmon, et d’artistes primés comme Sylvie Abélanet avec qui ce fut un plaisir d’échanger des impressions…

Gérard Robin